Analyse critique de nos expérimentations

Publié le 26 septembre 2015, mise à jour le 28 septembre 2015


Au fils des expérimentations, voici quelques pistes en vue d’améliorations

Note : la plupart des correctifs ont été apportés dans les réalisations ultérieures. Elles sont données au titre de"mémoire" de notre démarche d’expérimentation par "essai-erreur". Elles pourront aider les personnes qui font des expérimentations sur les mêmes sujets.

Ossature
Sous-estimation du "fluage" du bois sous la charge, dans l’expérimentation sur le béton-bois : augmenter les sections des solives, abandonner les complication liées à la liaison table de compression en béton / solives en bois (liaison par vissage/collage), préférer le système hourdis   de bois ou de liège associés aux poutrelles béton entre solives. Si besoin, en fonction des calculs de sections de poutre, augmenter la hauteur des solives à 200mm pour une portée   de 4m. Pour diminuer la flexion   des solives on peut augmenter l’épaisseur de 27mm à 35mm.

Renforcer les membrures qui reçoivent des contre-fiches pour réduire la flexion   des auvents en porte-à faux.
Renforcer le vissage des raidisseurs de membrures (3 vis au lieu de 2) pour éviter leur flambement   (surtout celles qui sont le plus chargée, au niveau le plus bas).

Revoir les liaisons seuil / dalle sur les dalles quand les solives sont parallèles au mur pour éviter les petites fissures coté séjour porte terrasse est.

Les murs chauffants en étage doivent nécessairement s’appuyer sur un mur porteur. En sous-sol ce mur peut être rempli avec des briques creuses, de façon à éviter la charge sur l’ossature bois.

Augmenter les avancées de toiture et appentis pour protéger les parements extérieurs en bois.

Vérifier qu’un sous-sol est vraiment nécessaire, surtout quand il doit être creusé dans le rocher...

Attacher les tuiles sur les liteaux avec un lien de fil de fer (un ouragan peut arracher les tuiles). En cas d’utilisation d’un film pare pluie en sous toiture visser une tuile sur 4 ou 5.

Isolation
Augmenter l’épaisseur des murs de 25mm (membrures de 150mm au lieu de 125mm) pou avoir 175mm d’isolation en copeaux.

En sous toiture remplacer le liège par du copeau pour éviter le fluage de plaques de liège de 80mmm, et diminuer considérablement le coût.

Prévoir des volets bois super-isolants intérieurs sur toutes les ouvertures dès la conception du projet.

Chauffage solaire
Augmenter la surface des capteurs ou sur-isoler les murs et la toiture - augmenter la masse de stockage des murs chauffants dans la même proportion.

Améliorer l’adhérence de la peinture noire sur la tôle galvanisée en décapant le zinc à l’acide sulfurique ; rechercher la meilleure peinture réfractaire noire fumisterie.

Éliminer la surépaisseur de la bavette inférieure des vitrages qui risque de faire casser la vitre.

Utiliser un très bon bois (chêne) pour les pare closes des vitrages (très sollicités par les écarts thermiques importants des capteurs) ou les recouvrir d’un profil en zinc.

Améliorer le système de démontage des vitres des capteurs : recouper la pare close   hautes par tronçon de vitrage, mettre des joints démontables à la place du silicone (vérifier sur un prototype).

Placer un bouchon diamètre 32mm en haut de la colonne montante pour faciliter le remplissage rapide de l’antigel alimentaire.

Placer un bouchon bas de diamètre 32mm avant les clapets pour récupérer les boues ou les solides et éviter l’encrassage des 2 clapets anti-retour.

Chauffage au bois
Améliorer l’accessibilité au bûcher : prévoir un chariot et un accès direct par l’extérieur à la caisse à bois près du foyer.

Améliorer le stockage et de l’aspiration des cendres du foyer : aménager une grande trémie à cendre sous le foyer, ou prévoir un décendrage par le sous-sol, ou prévoir un aspirateur à cendre de qualité.

Améliorer le recyclage des cendres (en partie réalisé par l’infusion des cendres dans l’eau d’arrosage du potager) et du charbon de bois.

Supprimer le système d’aspirateur de fumée à l’ouverture de la porte de l’insert (inutile).

Supprimer tout système de ventilation de l’habillage de l’insert (pour augmenter son rayonnement et éviter que l’air chaud monte trop à l’étage par convection.)

Si possible éloigner l’insert de l’escalier d’étage.

Utiliser des plaques de plâtre BA15 et non du BA13 pour l’habillage du tube inox, augmenter la quantité de plâtre + vermiculite   dans les passages du tube à travers les plafonds et la toiture.

Climatisation
Installer un filtre à charbon sur l’aspiration du puits canadien ou sur l’aspiration de l’air du sous-sol semi enterré pour éliminer les odeurs de cave.

Hammam
Placer le filtre anti-calcaire du générateur à vapeur très en amont du générateur pour éviter le "moussage".

Mettre une pente d’au moins 2 cm par mètre sur la canalisation de vapeur.

Placer le diffuseur de vapeur à un endroit accessible qui permette de pencher le visage dessus, et non près de la porte.

La pente du carrelage du sol autour du siphon de sol doit être d’au moins 1,5 cm par mètre pour éviter les flaques permanentes.

Récupération des eaux de pluie
Utiliser des tuyaux en ciment diamètre 120mm ou du tube PVC alimentaire à la place des tuyaux de zinc enterrés risque de corrosion de la terre sur le zinc).

Quand une gouttière d’un toit déverse directement sur une autre toiture, placer un chenal en zinc dans la pente du toit pour éviter le débordement dans le rang de tuiles concerné (sauf toiture en tuiles canal traditionnelles et ardoises avec grande pente).

Mettre de la pente dans la gouttière qui reçoit les eaux du toit sur lequel est placé la souche de cheminée du chauffage à bois, pour éviter que les particules de suie ne stagnent dedans et perforent le zinc.

Maçonner les fonds de regard de descentes pluviales pour éviter des eaux stagnantes.

Si le réservoir est accolé à la maison, prévoir le chaînage du réservoir dans le mur de la maison.

Prévoir une canalisation diamètre 32mm mini pour l’aspiration dans le réservoir et pour augmenter le débit vers le jardin (quand on n’utilise pas de surpresseur).

Phyto-épuration
Ne pas utiliser de liner en caoutchouc ou PVC pour les filtres plantés. A cause de leur très forte densité, les phragmites les perforent en moins de deux ans.

Ajouter un bac de filtration aérobie avant le bac anaérobie / puits perdu.

Ne pas planter de joncs à quenouille ou petits joncs de rivière dans la mare de traitement final (en 2½ ans ils ont envahi le tiers des 16m² de la mare). Par contre, par souci d’économie, utiliser les phragmites de rivière pour le plateau filtrant.

Sur le bassin de finition (mare), éviter les fuites sur la jonction liner/canalisation trop-plein de sortie en remplaçant la jonction bétonnée par une bonde d’évier avec son joint d’étanchéité sur le liner du bassin, de façon à se raccorder sur une canalisation diamètre 40mm.

Installer sur le toit de la maison la ventilation haute de la canalisation des eaux usées.


calle
calle
calle