Le respect de la Création dans l’Ancien Testament

Publié le 26 juin 2015, mise à jour le 3 juillet 2015
par Michel et Marie-Andrée Gazeau

(article en cours de rédaction)

La Création dans la Bible - Ancien Testament
La mot "Création" revient 27 fois dans la Bible (en laissant de coté l’expression "depuis la création du monde")

Traduction utilisée : Bible Liturgique AEL [Bible liturgique]
La plupart des notes proviennent de la Traduction de la Bible des Peuples. elles sont données à titre indicatif, comme un éclairage possible au texte.
11 La notion de Création dans l’Ancien Testament (classés selon l’ordre de la Bible de Jérusalem)

Livre de la Genèse

Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »
Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme.
Dieu les bénit et leur dit : "Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la.(a) Soyez les maîtres (b) des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre." (Ge 1, 26-28)
Note traduction Chouraqui : "fructifiez, multipliez, emplissez la terre, conquérez-la"
Note "Bible de Peuples :
(a) dominez : malgré sa fragilité, l’être humain a été choisi par Dieu pour être le lien entre lui et l’univers.
(b) "ayez autorité : ce n’est pas pour que l’homme soit dominateur et mettant en danger jusqu’à l’existence humaine sur une planète poubelle. L’homme fera usage de tout pour croître, mûrir et mener à terme l’aventure humaine jusqu’à son retour en Dieu".

Dieu dit encore : "Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence : telle sera votre nourriture." (Ge 1, 29)

Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. (Ge 2, 2)
Note Bible des Peuples : "Dieu bénit le septième jour et il en fit un jour saint, parce que ce jour-là Dieu s’était arrêté de travailler, après toute cette création qu’il avait faite.

Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le travaille et le garde. Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : "Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin." (Ge 2, 15-16)
Note Traduction Chouraqui : "pour le servir et le garder"
Note "Bible de Peuples  : L’homme est mis dans le jardin pour le cultiver : l’humanité se construira en même temps qu’elle prendra possession du monde ; elle peinera pendant de longs siècles afin de se développer, de se connaître et de savoir ce dont elle est capable.

Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. (Ge 2,19)
Note : Il y a entre le nom et celui qui le porte une étroite relation substantielle, une affirmation sur l’essence de son porteur, quelque chose de sa propre nature, parfois tout un programme de vie, ou une mission. Le nom exprime l’ensemble des qualités, des aptitudes de la personne nommée. Il désigne sa mission, sa valeur personnelle, (...) révélant ainsi la "personnalité" de chaque créature, ce qui découle nécessairement d’une observation attentive. En accordant à l’homme le pouvoir de nommer les animaux Dieu donne à Adam le pouvoir de continuer en quelque sorte sa création, de la parachever. Donner un nom, à un animal ou un être humain, c’est donc réfléchir, comprendre ou essayer, réfléchir à sa nature, son rôle dans ce monde. (Source : "Les noms de Dieu", Alexis Blum)

C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. De lui-même (le sol), il te donnera épines et chardons, mais tu auras ta nourriture en cultivant les champs. C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens. (Ge 3, 17-19)

Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. (Ge 9, 12-13)

Livre de l’Exode
Le Seigneur dit : « Voici que je vais conclure une alliance. Devant tout ton peuple, je vais faire des merveilles qui n’ont été créées nulle part, dans aucune nation. Tout le peuple qui t’entoure verra l’œuvre du Seigneur, car je vais réaliser avec toi quelque chose d’extraordinaire. (Ex 34, 10)

Livre du Lévitique
Le Seigneur parla à Moïse sur le mont Sinaï et dit : « Parle aux fils d’Israël. Tu leur diras : Lorsque vous entrerez dans le pays que je vous donne, la terre observera un repos sabbatique pour le Seigneur. Pendant six ans tu ensemenceras ton champ, pendant six ans tu tailleras ta vigne, et tu récolteras les produits de la terre. Mais la septième année, ce sera un sabbat, un sabbat solennel pour la terre, un sabbat pour le Seigneur : tu n’ensemenceras pas ton champ, tu ne tailleras pas ta vigne, tu ne moissonneras pas ce qui aura poussé tout seul depuis la dernière moisson, et tu ne vendangeras pas les grappes de ta vigne non taillée ; ce sera une année sabbatique pour la terre. (Lv 25, 1-5)

La terre ne sera pas vendue sans retour, car la terre est à moi et vous n’êtes pour moi que des immigrés, des hôtes.
Si ton frère tombe dans la pauvreté et s’il se vend à toi, tu ne lui imposeras pas un travail d’esclave.
Tu ne domineras pas avec dureté sur ton frère : tu craindras ton Dieu.
(Lv 25, 23, 39, 43)

Si ton frère tombe dans la pauvreté et sous ta dépendance, tu le soutiendras comme s’il était un immigré ou un hôte, et il vivra avec toi. Ne tire de lui ni intérêt ni profit : tu craindras ton Dieu, et tu laisseras vivre ton frère avec toi. Tu ne lui prêteras pas de ton argent pour en tirer du profit ni de ta nourriture pour en percevoir des intérêts. (Lv 25, 35-36)

Livre du Deutéronome
Car le Seigneur ton Dieu est un Dieu miséricordieux : il ne t’abandonnera pas, il ne te détruira pas, il n’oubliera pas l’Alliance jurée à tes pères. (Dt 4, 31)

Livre des Chroniques
(David bénit le Seigneur :) À toi, Seigneur, force et grandeur, éclat, victoire, majesté, tout, dans les cieux et sur la terre ! À toi, Seigneur, le règne, la primauté sur l’univers : la richesse et la gloire viennent de ta face ! C’est toi, le Maître de tout : dans ta main, force et puissance ; tout, par ta main, grandit et s’affermit (..) Tout nous vient de toi, et c’est de ta main que nous avons reçu ce que nous te donnons.
Car nous ne sommes devant toi que des immigrés, des hôtes comme tous nos pères ; nos jours sur la terre sont comme l’ombre, et il n’est pas d’espoir. (1 Ch 29, 11-15)

Livre de Tobie
Tobie commença ainsi : « Béni sois-tu, Dieu de nos pères ; béni soit ton nom dans toutes les générations, à jamais. Que les cieux te bénissent et toute ta création, dans tous les siècles.
(Tb 8, 05)

L’aumône délivre de la mort et purifie de tout péché. Ceux qui font l’aumône seront rassasiés de vie (..) s’il est bon de tenir cachés les secrets d’un roi, il faut révéler les œuvres de Dieu comme elles le méritent. (Tb 12, 9-11)
Note Bible des Peuples : "révéler les merveilles de Dieu". La question du respect de la Création est liée à celle du partage équitable des richesses.

Livre de Judith
Je chanterai pour mon Dieu un chant   nouveau. Seigneur, tu es grand, tu es glorieux, admirable de force, invincible. Que ta création, tout entière, te serve ! Tu dis, et elle existe. Tu envoies ton souffle : elle est créée. Nul ne résiste à ta voix. (Jdt 16, 13-14)

Livre d’Esther
C’est toi qui as fait le ciel et la terre et toutes les merveilles qui sont sous le ciel. Tu es le Seigneur de l’univers, et il n’est personne qui puisse te résister, Seigneur. (Est 4, 17C)

Livre de Job
Quant à moi, j’aurai recours à Dieu ; à Dieu, j’exposerai ma cause. Il est l’auteur de grandes œuvres, insondables, d’innombrables merveilles. Il répand la pluie à la surface de la terre, il arrose les campagnes ; il élève les humbles, les affligés parviennent au salut. (Jb 5, 8-11)

(Dieu parle à Job) Où étais-tu quand j’ai fondé la terre ? Indique-le, si tu possèdes la science ! Qui en a fixé les mesures ? Le sais-tu ? Qui sur elle a tendu le cordeau ? Sur quoi ses bases furent-elles appuyées, et qui posa sa pierre angulaire ?
(Jb 38, 4-6)

Mais la Sagesse  , où la trouver ? L’Intelligence, quel est son lieu ? Dieu en a discerné le chemin ; il a su, lui, où elle était. Lorsque du regard il atteignait les confins de la terre et voyait partout sous les cieux, pour régler le poids du vent et fixer la mesure des eaux, lorsqu’à la pluie il assignait sa limite, et son chemin au nuage qui tonne, c’est alors qu’il la vit et l’évalua, qu’il l’établit et même l’explora. Puis il dit à l’homme : “La crainte du Seigneur, voilà la Sagesse  , s’éloigner du mal, voilà l’Intelligence.” (Jb 28, 20, 23-28)
Note Bible des peuples : Dieu n’explique rien et ne se justifie pas, mais c’est lui qui pose des questions. Il ne cherche pas à démontrer sa sagesse  , mais il force l’homme à admettre qu’il ne sait rien. Quand nous contemplons et admirons les merveilles de la création, nous découvrons aussi que la façon dont Dieu fait les choses est déconcertante.

Je sais, Dieu, que tu peux tout et que nul projet pour toi n’est impossible. “Quel est celui qui déforme tes plans sans rien y connaître ?” De fait, j’ai parlé, sans les comprendre, de merveilles hors de ma portée  , dont je ne savais rien. Daigne écouter, et moi, je parlerai ; je vais t’interroger, et tu m’instruiras. C’est par ouï-dire que je te connaissais, mais maintenant mes yeux t’ont vu.
(Jb 42, 2-5)
Note Bible des peuples : Nous pouvons voir la gloire de Dieu dans sa réalité à travers les merveilles de sa Création. Job n’avait pas besoin de réponses puisque Dieu lui avait donné l’intelligence pour approfondir les questions humaines. Ce qui lui manquait, c’était de voir Dieu et c’est le désir intense de toute la Bible : “Montre-nous ta face et nous serons sauvés” (Ps 80.8).

Psaumes
A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?
Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu (a), le couronnant de gloire et d’honneur ; tu l’établis sur les œuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds : les troupeaux de bœufs et de brebis, et même les bêtes sauvages, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui va son chemin dans les eaux. O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre ! (Ps 8, 4-10)
Note Bible des Peuples : (a) Voir les paroles de Saint Paul : Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as abaissé un peu au-dessous des anges, tu l’as couronné de gloire et d’honneur ; tu as mis sous ses pieds toutes choses. Quand Dieu lui a tout soumis, il n’a rien exclu de cette soumission. Maintenant, nous ne voyons pas encore que tout lui soit soumis (He 2, 6-8).

Les cieux proclament la gloire de Dieu, le firmament raconte l’ouvrage de ses mains. Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance. Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s’entende ; mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde.
(Ps 18, 2-5)
Note Bible des Peuples : la splendeur et les merveilles de la Création nous permettent de sentir sa présence et sa gloire.

Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots. (Ps 23, 1-2)

Rendez au Seigneur gloire et puissance. Rendez au Seigneur la gloire de son nom, adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté. La voix du Seigneur domine les eaux, le Dieu de la gloire déchaîne le tonnerre, le Seigneur domine la masse des eaux. (Ps 28, 2-3)

Au déluge le Seigneur a siégé ; il siège, le Seigneur, il est roi pour toujours ! Le Seigneur accorde à son peuple la puissance, le Seigneur bénit son peuple en lui donnant la paix. (Ps 28, 10-11)
Note Bible des Peuples : la puissance que Dieu confère à l’homme a pour finalité la conquête de la Paix.

Dieu est pour nous refuge et force, secours dans la détresse, toujours offert. Nous serons sans crainte si la terre est secouée, si les montagnes s’effondrent au creux de la mer ; ses flots peuvent mugir et s’enfler, les montagnes, trembler dans la tempête. Il est avec nous, le Seigneur de l’univers ; citadelle pour nous, le Dieu de Jacob ! (Ps 45, 2-4)

Sa force enracine les montagnes, il s’entoure de puissance ; il apaise le vacarme des mers, le vacarme de leurs flots et la rumeur des peuples. (...) Tu visites la terre et tu l’abreuves, tu la combles de richesses ; les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau : tu prépares les moissons. Ainsi, tu prépares la terre, tu arroses les sillons ; tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies, tu bénis les semailles.
(...) sur ton passage, ruisselle l’abondance. Au désert, les pâturages ruissellent, les collines débordent d’allégresse. Les herbages se parent de troupeaux et les plaines se couvrent de blé. Tout exulte et chante ! (Ps 64, 7-14)
Note Bible des Peuples : action de grâce (remerciement) du roi David et à travers lui, celle de tous les peuples de la terre. La première réponse à la prise de conscience des merveilles de la Création, c’est de remercier.

A toi, le ciel ! A toi aussi, la terre ! C’est toi qui fondas le monde et sa richesse ! (Ps 88, 12)
Note Bible des Peuples : tout ce psaume parle de l’amour et de la fidélité de Dieu : non seulement Dieu nous a tout donné mais jamais il ne le retire.

Avant que naissent les montagnes, que tu enfantes la terre et le monde, de toujours à toujours, toi, tu es Dieu. Tu fais retourner l’homme à la poussière ; tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
A tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit. (Ps 89, 2-4)
Note Bible des Peuples : prière de Moïse. La brièveté de notre vie devrait nous faire prendre conscience de ce qui est bien et faire grandir en nous la sagesse.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! » Le monde, inébranlable, tient bon. Il gouverne les peuples avec droiture. Joie au ciel ! Exulte la terre ! Les masses de la mer mugissent, la campagne tout entière est en fête. Les arbres des forêts dansent de joie. (Ps 95, 10-12)

Note Bible des Peuples : Dieu aime la justice. Plus que la splendeur de l’univers, c’est la société humaine fondée sur la justice qui glorifie Dieu : la création se réjouit lorsque Dieu établit son royaume parmi les hommes. Joie de l’univers jusqu’alors dévasté par nos ambitions démesurées.
Tous, ils comptent sur toi pour recevoir leur nourriture au temps voulu. Tu donnes : eux, ils ramassent ; tu ouvres la main : ils sont comblés. Tu caches ton visage : ils s’épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre. (Ps 103, 27-30)

Rendez grâce au Seigneur des seigneurs, éternel est son amour !
Lui seul a fait de grandes merveilles, éternel est son amour !
Lui qui fit les cieux avec sagesse, éternel est son amour !
Qui affermit la terre sur les eaux, éternel est son amour !
Lui qui a fait les grands luminaires, éternel est son amour !
Le soleil qui règne sur le jour, éternel est son amour !
La lune et les étoiles, sur la nuit, éternel est son amour ! (Ps 135, 3-9)

Livre des Proverbes
Moi, la Sagesse, j’habite avec l’habileté, j’ai appris à connaître bien des finesses. La crainte du Seigneur, c’est la haine du mal. Je hais l’orgueil, l’arrogance, le chemin du mal et la bouche pervers...
Le Seigneur m’a faite pour lui, principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours. Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre. Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée, avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde.
Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre.
Et moi, je grandissais à ses côtés. Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes.
Et maintenant, fils, écoutez-moi. Heureux ceux qui gardent mes chemins ! (Pr 8, 12-13, 22-32)

Ecclésiaste ou livre de Qohélet
X1,13 Vanité des vanités, tout est vanité ! Quel profit l’homme retire-t-il de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ? Une génération s’en va, une génération s’en vient, et la terre subsiste toujours. Le soleil se lève, le soleil se couche ; il se hâte de retourner à sa place, et de nouveau il se lèvera. (Qo 1, 2-6)

Livre de la Sagesse
Aimez la Justice, vous qui gouvernez la terre, ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple, car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui. Les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et sa puissance confond les insensés qui la provoquent.
Car la Sagesse ne peut entrer dans une âme qui veut le mal, ni habiter dans un corps asservi au péché. L’Esprit saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des projets sans intelligence, quand survient l’injustice, il la confond.
La Sagesse est un esprit ami des hommes, mais elle ne laissera pas le blasphémateur impuni pour ses paroles ; car Dieu scrute ses reins, avec clairvoyance il observe son cœur, il écoute les propos de sa bouche. L’esprit du Seigneur remplit l’univers : lui qui tient ensemble tous les êtres, il entend toutes les voix. Ne courez pas après la mort en dévoyant votre vie, n’attirez pas la catastrophe par les œuvres de vos mains. Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Il les a tous créés pour qu’ils subsistent ; ce qui naît dans le monde est porteur de vie : on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir. La puissance de la Mort ne règne pas sur la terre, car la justice est immortelle. Pourtant, les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument ; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir. (Sg 1, 1-16)

Certes, elle n’était pas embarrassée, ta main toute-puissante, elle qui a créé le monde à partir d’une matière informe (...) Mais toi, Seigneur, tu as tout réglé avec mesure, nombre et poids.
(Sg 11, 17-20)
Note Bible des Peuples : Le pouvoir de Dieu, étant absolu, n’est jamais une manifestation de violence : dans tout ce qui vient de Dieu, jamais ne manque la beauté, l’harmonie et la bonté.

La création, docile à te servir, toi, son Auteur, se tend comme un arc pour châtier les injustes, et se détend pour combler de biens ceux qui se fient à toi. C’est pourquoi, se prêtant, une fois encore, à toute transformation, elle était au service de ce que tu donnais : une nourriture universelle accordée au désir de ceux qui t’imploraient.(Sg 16, 24-25)

La création entière, dans sa propre nature, était remodelée au service de tes décrets, pour que tes enfants soient gardés sains et saufs. (Sg 19, 6)

Livre de Ben Sirac le Sage (Ecclesiasque)
Ne dis pas : "Je me cacherai du Seigneur : là-haut, qui se souviendra de moi ? Au milieu de la foule je ne serai pas reconnu : que suis-je dans l’immense création ?" Car voici : le ciel et les cieux par-dessus le ciel, l’abîme et la terre seront ébranlés lors de sa visite. C’est par sa volonté que l’univers fut et qu’il se maintient. (Si 16, 17-18)

Par un décret du Seigneur, ses œuvres existent dès l’origine ; dès leur création, il les a séparées pour les répartir. (Si 16, 26)
Note Bible des Peuples : le respect de la Création ne va pas sans une juste répartition des richesses.

Toutes les actions des hommes sont, devant Dieu, en plein soleil : il a constamment les yeux sur leur conduite. Leurs injustices ne lui échappent pas, tous leurs péchés sont à découvert devant le Seigneur. (Si 17, 19-20)
Note Bible des Peuples : Une vision optimiste de l’homme : Dieu a donné aux hommes pouvoir sur les choses de la terre. C’est pourquoi ils ne doivent pas se résigner au mal.

Comme le soleil, dans son éclat, regarde chaque chose, ainsi la gloire du Seigneur rayonne dans toute son œuvre. Il est impossible aux anges, les saints du Seigneur, de décrire toutes les merveilles que le Seigneur souverain de l’univers fit inébranlables pour que l’univers soit affermi dans sa gloire. Le Seigneur a scruté les abîmes et les cœurs, il a discerné leurs subtilités. Car le Très-Haut possède toute connaissance, il a observé les signes des temps, faisant connaître le passé et l’avenir, et dévoilant les traces des choses cachées.
Aucune pensée ne lui a échappé, pas une parole ne lui a été cachée. Il a organisé les chefs-d’œuvre de sa sagesse, lui qui existe depuis toujours et pour toujours ; rien n’y fut ajouté ni retranché : il n’a eu besoin d’aucun conseiller. Comme toutes ses œuvres sont attirantes, jusqu’à la plus petite étincelle qu’on peut apercevoir !
Tout cela vit et demeure à jamais, remplit son office et lui obéit. (Si, 42, 16-23)

Livre d’Isaïe
Saccagée, elle est saccagée, la terre ; pillée, elle est pillée. Car le Seigneur a proféré cette parole. La terre est en deuil, elle s’épuise, le monde dépérit, il s’épuise, et le ciel dépérit en même temps que la terre. La terre est profanée par ses habitants : ils ont transgressé les lois, ils ont changé les décrets, ils ont rompu l’alliance éternelle. C’est pourquoi la malédiction dévore la terre : ses habitants en subissent la peine. (Is 24, 3-6)
Note Bible des Peuples : Les points d’interrogation sont nombreux. Ce texte peut concerner les habitants de toute la terre qui, par leur injustice, ont violé l’alliance éternelle conclue par Dieu avec l’humanité en la personne de Noé (Ge 9).

Il leur avait dit : « C’est le repos ! Laissez l’accablé se reposer ! C’est le répit ! », mais ils n’ont pas voulu écouter (...) en marchant ils trébuchent et tombent à la renverse, soient brisés, pris au piège et capturés.
C’est pourquoi, écoutez la parole du Seigneur, vous, les moqueurs, vous qui gouvernez ce peuple (...) Vous dites : « Nous avons conclu une alliance avec la mort ; avec le séjour des morts nous avons fait un pacte ; quand passera le flot torrentiel, il ne nous atteindra pas ; car nous faisons du mensonge notre abri, dans la tromperie nous sommes cachés. »
Voilà pourquoi, ainsi parle le Seigneur Dieu : Moi, dans Sion, je pose une pierre, une pierre à toute épreuve, choisie pour être une pierre d’angle, une véritable pierre de fondement. Celui qui croit ne s’inquiétera pas.
Je prendrai le droit comme cordeau, et la justice comme fil à plomb. Mais la grêle balaiera l’abri de mensonge et les eaux submergeront le refuge caché.
Votre alliance avec la mort se rompra, votre pacte avec le séjour des morts ne tiendra pas. Quand passera le flot torrentiel, vous serez broyés. (Is 28, 12-18)
Note Bible des Peuples : "regardez : je pose une pierre". Le Seigneur bâtit les fondations de la nouvelle Jérusalem. Sur la pierre angulaire nous lisons : Celui qui s’appuie sur elle ne sera pas déçu (16). Dieu assiste aux événements où s’agitent les élites et les politiciens de son peuple. Mais lui commence de créer à sa façon une nouvelle histoire, et dès maintenant il place au milieu de son peuple ce que, ou celui que nul ne pourra rejeter, celui sur lequel on s’appuiera, croyant en lui. Il faut savoir qu’en hébreu le même mot signifie “croire” et “s’appuyer sur”.

Le Seigneur te donnera du pain dans la détresse, et de l’eau dans l’épreuve. Celui qui t’instruit ne se dérobera plus et tes yeux le verront. Tes oreilles entendront derrière toi une parole : « Voici le chemin, prends-le ! ». (...) Tu déclareras impur le placage d’argent de tes statues et le revêtement d’or de tes idoles de métal : tu les jetteras comme des immondices (...) Le Seigneur te donnera la pluie pour la semence que tu auras jetée en terre, et le pain que produira la terre sera riche et nourrissant. Ton bétail ira paître, ce jour-là, sur de vastes pâturages. (Is 30, 20-23)

L’alliance est rompue : on méprise les témoins ; un homme ne compte plus. La terre, en deuil, languit (...) « Maintenant, je surgis dit le Seigneur ; maintenant, je me dresse ; maintenant, je m’élève ! (...) Écoutez ce que j’ai fait, vous qui êtes loin ; et vous qui êtes proches, reconnaissez ma vaillance !
Dans Sion, les pécheurs sont terrifiés ; un tremblement saisit les pervers : “Qui de nous résistera ? c’est un feu dévorant ! Qui de nous résistera ? c’est une fournaise sans fin !”
Celui qui va selon la justice et parle avec droiture, qui méprise un gain frauduleux, détourne sa main d’un profit malhonnête, qui ferme son oreille aux propos sanguinaires et baisse les yeux pour ne pas voir le mal, celui-là habitera les hauteurs, hors d’atteinte, à l’abri des rochers. Le pain lui sera donné , les eaux lui seront assurées. » (Is 33, 8-14)

Même si les montagnes s’écartaient, si les collines s’ébranlaient, ma fidélité ne s’écarterait pas de toi, mon alliance de paix ne serait pas ébranlée, dit le Seigneur, qui te montre sa tendresse.
(Is 54, 10)

Parce que moi, le Seigneur, j’aime le bon droit, parce que je hais le vol et l’injustice, loyalement, je leur donnerai la récompense, je conclurai avec eux une alliance éternelle. (Is 61, 8)

Livre de Daniel
C’est à toi, le roi des rois, que le Dieu du ciel a donné royauté, puissance, force et gloire...
C’est à toi qu’il a remis les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, quelle que soit leur demeure ; c’est toi qu’il a rendu maître de toute chose. (Da 2, 37-38)

Livre d’Osée
En ce jour-là je conclurai à leur profit une alliance avec les bêtes sauvages, avec les oiseaux du ciel et les bestioles de la terre ; l’arc, l’épée et la guerre, je les briserai pour en délivrer le pays ; et ses habitants, je les ferai reposer en sécurité. (Os 2, 20)

Livre de Joël
Ce que laisse la chenille, la sauterelle le dévore ; ce que laisse la sauterelle, le criquet le dévore ; ce que laisse le criquet, le grillon le dévore.
Les champs sont ravagés, la terre est en deuil. Le froment est ravagé, le vin nouveau fait défaut, l’huile fraîche est tarie. Soyez consternés, laboureurs, vignerons, lamentez-vous, à cause du blé et de l’orge, car la moisson des champs est perdue. La vigne a séché, le figuier est flétri ; le grenadier comme le dattier et le pommier, tous les arbres des champs ont séché. Et la joie a disparu de chez les hommes. (Jl 1, 4,10-12)


calle
calle
calle