Construction parasismique

Publié le 4 novembre 2014
par Michel et Marie-Andrée Gazeau

Les normes de construction parasismique sont un ensemble de règles de construction à appliquer aux bâtiments pour qu’ils résistent le mieux possible à un séisme.

Lors d’un tremblement de terre, le sol ondule selon des mouvements verticaux et latéraux. La construction parasismique a pour principal objectif de prévenir l’effondrement des bâtiments, notamment en y intégrant un ou des dispositifs destinés à limiter la réponse du bâtiment à l’oscillation du sol (appuis antisismiques...). La protection des infrastructures peut aussi faire appel à leur renforcement.

La réduction de l’effet des mouvements du sol sur le bâtiment peut être obtenue de plusieurs manières :

- rendre le bâtiment assez « souple » pour que l’énergie des mouvements du sol ne le brise pas sous sa propre inertie ;
- monter le bâtiment sur des amortisseurs qui vont absorber une partie de l’énergie du mouvement du sol.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parasismique

Le guide "CP-MI Antilles", guide de la construction parasismique des maisons individuelles aux Antilles, est sorti. Réalisé par l’association française du génie parasismique, il est gratuit et disponible auprès de la documentaliste "risques majeurs" du ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement.

Un site généraliste :
http://www.prim.net/citoyen/moi_face_au_risque/222_seisme.html#sites

Un document de base (Suisse) très pédagogique, sur les principes de bas à respecter :
http://www.bafu.admin.ch/php/modules/shop/files/pdf/phpeqILET.pdf

Matériaux de construction

Il n’existe pas, a priori, un matériau plus « parasismique » qu‘un autre.
Toutefois, il est très important de trouver un compromis afin d’obtenir la
combinaison idéale entre :
- Une bonne résistance mécanique, tel que l’acier, les alliages
d’aluminium et, dans une moindre mesure, le béton armé précontraint
- Une ductilité* élevée, tel que l’acier et les alliages d’aluminium et,
dans une moindre mesure, le béton armé correctement ferraillé
- Un rapport « résistance/masse » élevé, tel que le bois, l’acier et
l’alliage d’aluminium.

Sont préconisés :
- les murs en béton banché armé ou chaîné
- les ossatures métalliques
- les ossatures en bois

Conception générale

Principe d’architecture à retenir
- choisir une forme aussi simple, symétrique et régulière que possible
- fractionner les bâtiments à forme complexe par des joints
parasismiques
- construire une structure souple sur un sol dur et inversement, une
structure rigide sur un sol mou
- préférer une distribution uniforme des masses.

Quelques règles :

Les fondations :
Les fondations superficielles doivent être liées entre elles dans les deux
directions par un système de longrines, excepté sur un rocher ou lorsqu’il existe un dallage armé proche. Les fondations isolées sont à proscrire.

Les éléments de structures :
Tout bâtiment parasismique doit se composer d’éléments (fondations, murs, planchers, etc. ou éléments assurant cette fonction) solidaires entre eux, à l’aide de chaînages.
Les chaînages verticaux sont aussi indispensables que les chaînages
horizontaux, l’ensemble formant un réseau à trois dimensions.
Les chaînages doivent être continus, notamment aux angles, et reliés aux fondations.

Les baies et les ouvertures :
Elles doivent toutes recevoir un encadrement de béton armé, métal ou bois.
Les encadrements doivent en principe être reliés à l’ossature ou au chaînage.

Les cheminées :
Elles doivent être tenues en tête.

JPEG - 150.7 ko

Source : guide séisme de l’Institut de Prévention et de Gestion des Risques Urbains (IPGR)

Sont déconseillés :
- la présence de poteaux courts vulnérables aux charges sismiques
- des angles vifs aux changements de direction et intersection
d’éléments porteurs
- les variations brusques des sections
- les percements trop importants dans les murs porteurs
- la présence de porte à faux important.

Principe de construction

- assurer une bonne continuité mécanique verticale et horizontale des
armatures en béton
- favoriser la symétrie en plan et en élévation ainsi qu’une
homogénéité dans les systèmes porteurs et les matériaux
- stocker et dissiper de l’énergie en cherchant la redondance structurale
- favoriser la ductilité.

Le choix du contreventement  

- Le contreventement   assure une stabilité horizontale et verticale de la
structure lors des secousses. C’est l’un des aspects le plus important
de la conception parasismique. Il doit être pensé à la naissance du
projet.
- Le rôle du contreventement   horizontal est de transmettre les actions
latérales aux éléments verticaux appelés palées de stabilité.

http://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/upload/site/MAITRES_OUVRAGE.pdf


calle
calle
calle