Le potager et la culture en carrés - Maison des Hautes Pyrénées (2011)

Publié le 7 janvier 2014, mise à jour le 8 août 2015
par Michel et Marie-Andrée Gazeau

1- Clôture

Nos poules sont interdites de séjour au potager...

Nous avons protégé le potager avec une clôture constituée de tronçons de 2,40m de long par 1,2m de haut. Nous avons utilisé des lames de terrasse autoclavées de 96mm de largeur, 15mm d’épaisseur et 2,40m de long.

Chaque élément de clôture comporte 2 gros pitons à œil à chaque extrémité (à 10cm du bas et du haut). Pour éviter que les poules ne passent entre les barreaux de la clôture ou passent en dessous, nous avons agrafé du grillage à poules entre les traverses et les barreaux.

Les éléments de clôture sont reliés entre eux par des tiges de 1,50m de long, en fer à béton torsadé de 12mm de diamètre. On passe ces tiges dans les pitons à œil des 2 éléments de clôture avant de les enfoncer dans le sol. De cette manière on peut facilement modifier le contour du jardin.

JPEG - 854.8 ko

2- Les jardinières de culture

Les espaces de culture sont constitués de jardinières en bois de 2,40m de long, 1,20m de large et 0.30m de haut. L’intérieur des châssis est protégé par des ardoises de 22x32cm, tenues espacées du bois par des vis inox pour laisser un vide d’air de 5 à 10mm entre le bois et l’ardoise.

Détail de l’angle d’une jardinière

JPEG - 21.2 ko
JPEG - 19.7 ko

(Les pieds en bois reposent sur un tube posé sur une pierre. Les vis et rondelles intérieures permettent d’écarter les ardoises du bois pour laisser un vide d’air)

Ces jardinières sur-élèvent le niveau du sol de 30cm, ce qui est beaucoup moins fatiguant pour le dos...
Ils sont divisés ensuite en carrés de 40 x 40cm, marqués par des petits bâtons. Ces carrés constituent l’unité de culture pour les semis et les plantations.
Le sol des cultures est protégé par du broyat de végétaux ou de la paille de chanvre ou des carrés de 40 x 40cm de feutre bitumineux (film d’étanchéité pour toiture) perforés avec une pointe.
La terre n’est jamais labourée ni bêchée, ce qui est aussi beaucoup moins fatiguant... On travaille juste le sol avec un coup de petite griffe à jardinière.

Dès les plantations ou dès que les semis sont suffisamment levés, une couche de 4cm de broyat ou de paille de lin est étendue sur tout le carré.

Pour la plantation des tomates, nous utilisons un tuteur découpé dans les mêmes lames de terrasse en bois auto-clavé refendues en 2 dans le sens de la largeur (hauteur 1.20m, largeur 45mm, épaisseur 15mm). Tous les 20cm, un fil de cuivre dénudé de 20cm de long (section du fil électrique 2.5mm2) est passé dans un trou percé sur le tuteur. Ce fil permet d’attacher les tomates au fur et à mesure de leur développement, tout en contribuant à leur protection, limitant beaucoup l’usage de la bouillie bordelaise.

JPEG - 35.6 ko

Pour le traitement préventif des plantes nous arrosons (une fois tous les 10 jours environ) tous les carrés avec du purin d’ortie.

Dans notre potager nous avons 7 jardinières de 1,2x2,4m, soit environ 20m2. Un des châssis reçoit une protection en plastique pour serre agricole, pour les cultures d’hiver.

Dans chaque jardinière, avant de la remplir de terre, nous avons disposé un serpentin de 5m de long en tube micro-poreux d’irrigation (16mm), à 20cm de la surface du sol (la culture en carrés ne nécessite pas de bêchage, juste un léger griffage en surface).
Les serpentins sont reliés à un réservoir (poubelle de 80 litres), posé à 50cm au-dessus du sol, rempli avec l’eau de pluie de la citerne du jardin (3000litres). Une vanne sur chaque jardinière permet de réguler l’irrigation selon les jardinières.

JPEG - 998.2 ko
JPEG - 957.7 ko
JPEG - 999.1 ko

3- Les allées

Entre les jardinières nous avons ménagés des allées de 70 ou 90cm de large.

Nous avons placé des feuilles de plastique noir ou de feutre bitumineux sur le sol des allées. Ensuite nous avons étalé dessus une couche de gravier de pouzzolane de 2 à 3cm d’épaisseur.
Avantages :
- évite de désherber les allées.
- évite la gadoue quand il pleut, permet d’intervenir plus souvent (même s’il pleut un peu, le semis ou les plantations dans un carré prend peu de temps).
- agrémente l’aspect du jardin (selon les goûts...)

4- la culture en carrés

Nous tenons un cahier avec un plan de culture pour veiller aux rotations :

- légumes feuilles : chou, salade, tomate, poivron, aubergine.
- légumes racine et bulbe : carotte, panais, radis, betterave, navet , ail, oignon, échalote.
- légumineuses : fève, pois, haricots, cucurbitacées (concombres, melons, courges, potirons, citrouilles)
- engrais verts : phacélie, moutarde blanche, sarrasin, lin d’été, lupin,... (enfouir les engrais verts avant montée en graines).

Enrichir les carrés avec du compost végétal ou fumier bio à chaque rotation, selon les besoins des plantes.

Nous faisons attention aux affinités entre plantes, et aux phases de la lune pour les plantations et semis, mais sans être trop rigoureux.

Expérimentation (depuis janvier 2014)

Sur les carrés non cultivés nous avons posés des carrés de 40 x 40cm de feutre géotextile bitumineux (film d’étanchéité pour toiture) perforés avec une pointe. Cela doit permettre :
- d’éviter la repousse des adventices  
- piéger les limaces et les escargots (voir lutte contre les limaces)
- rendre le carré immédiatement prêt au semis ou la plantation
- remplacer la couverture végétale et la réserver aux plantations
- la couleur noir mat absorbe le rayonnement solaire et réchauffe le sol, le feutre géotextile diminue les déperditions. Nous espérons gagner quelques degrés de température du sol...

Document détaillé pour la culture en carrés :

PDF - 57.7 ko

Arrosage

Nous disposons d’une citerne enterrée en béton (ancienne fosse septique) de 3000 litres, alimentée par la toiture sud de notre maison.

Une pompe électrique puise l’eau de la citerne et remplit un réservoir placé en hauteur derrière l’abri de jardin. La pompe est commandée par un programmateur, pour une durée de 10minutes, 2 fois par semaine, le soir à 20h.
Sa puissance est de 400W. La durée de pompage de 10minutes permet l’arrêt de la pompe quand le réservoir est presque plein.
La quantité d’eau d’arrosage est donc 210 litres + 1,5 x 10 (irrigation pendant le pompage) = 225 litres, 2 fois par semaine pour 5 châssis de 15m2.
L’autonomie d’arrosage sur la citerne de 3000 litres est d’environ 7 semaines.

Le réservoir en polyéthylène de 210 litres alimente des serpentins de tubes d’irrigation micro-poreux placés à 15 cm de profondeur dans chaque châssis. La durée de vidange est d’environ 1,5 litres/minute.
Dimensions : H. 79.5 cm x Ø 77 cm.
L’eau est distribuée dans un réseau de tubes micro-poreux diamètre 16mm installé à 25cm de profondeur dans chaque châssis (serpentin de 9m de tube micro-poreux par châssis)
En fait, nous utilisons l’arrosage automatique quand nous partons 3 s isemaines en vacances en juillet / août. Quand nous sommes là nous arrosons selon les besoins.


calle
calle
calle