Traitement du bois contre les prédateurs

Publié le 8 avril 2008, mise à jour le 29 août 2010
par Michel et Marie-Andrée Gazeau

1- Séchage du bois

Nous avons vu que la faible épaisseur du bois permet un séchage à cœur très poussé en peu de temps (taux d’humidité de 15%). C’est le meilleur traitement naturel contre les prédateurs du bois : un bois bien sec est protégé des attaques.

2- Protection par le matériau isolant

L’isolation de la maison est constituée de copeaux de bois, qui n’est pas le milieu naturel de ces prédateurs : il ne peuvent y creuser leurs galeries. Ce type d’isolation est un protection supplémentaire contre leurs attaques.
Si on remplace les copeaux par de la ouate de cellulose, on obtient également une protection naturelle du bois.

3- Protection par le ciment

Autrefois, les maçons réutilisaient pendant longtemps le même bois de coffrage.
Ils avaient remarqué que le ciment, qui imprégnait la surface de ce bois brut de sciage, le protégeait des parasites.

4- Traitement du bois

Si on tient à traiter le bois, il existe au moins deux procédé naturels :
- L’Asam, décrit sur le site de INRA http://www.inra.fr/presse/procede_non_toxique_de_traitement_du_bois

- Le traitement au sel de bore (borate de soude) : incolore, inodore et sans émanation. S’utilise en protection préventive contre tous insectes xylophages : termites, capricornes, vrillettes..., les champignons et moisissures.

Recette : dissoudre jusqu’à saturation (100 à 150g) de sel de bore dans 1 litre d’eau.
2kg de sel de bore suffisent à traiter environ 40m2 de bois.

Ces traitement peuvent se faire :
- par badigeon
- par pulvérisation
- par trempage (c’est le meilleur moyen, à la portée   de l’auto constructeur)


calle
calle
calle